Qui a le droit à la retraite à 60 ans ?

Qui a le droit à la retraite à 60 ans ?

Entre 50 ans et retraite à 62 ans, les travailleurs handicapés ont peu d’activité professionnelle. Moins de quatre ans en moyenne. Ils doivent donc passer huit ans sans solde ni pension.

Les personnes handicapées cessent de travailler plus tôt… mais prennent leur retraite plus tard. C’est une situation paradoxale qui rêve la dernière étude des Drees. Paradoxal mais logique compte tenu de la réglementation et des pratiques sur le marché du travail.

Cet organisme de recherche rattaché au Ministère des Solidités s’est intéressé au sort des travailleurs entre leur 50e anniversaire et leur retraite (liquidation en jargon technique).

Il n’est pas surprenant que ceux qui se déclarent « sévèrement limités dans les activités que les gens font habituellement » consacrent beaucoup moins de temps à l’emploi que les personnes sans handicap. Après 50 ans, le premier a travaillé à peine quatre ans, contre plus de dix ans pour le second.

Huit années sans emploi ni retraite

Pourtant, ils ont liquidé leurs droits à la retraite un peu plus tard : 62,4 ans contre 62,1 ans. Entre 50 et 62,4 ans, ils passent plus de huit ans sans emploi ni retraite. C’est-à-dire, sans ressources autres que les prestations de chômage, une pension d’invalidité, l’allocation pour adulte handicapé, la LSR ou même le revenu de leur conjoint. C’est beaucoup plus que ceux qui ne déclarent aucune activité (1,8 ans).

Peu de retraite anticipée pour une longue carrière

En France, l’âge d’ouverture des droits à la retraite a été fixé à 62 ans depuis la réforme de 2010 (il était auparavant de 60 ans). Cependant, divers dispositifs permettent, sous certaines conditions, de faire avancer cette date limite. L’un des principaux est la retraite anticipée pour une longue carrière. Dans le régime général, il représente plus de 25 % des départs à la retraite. Les personnes qui ont commencé à travailler avant l’âge de 20 ans et qui ont cotisé assez longtemps peuvent prendre leur retraite dès 60 ans ans d’âge. Cependant, les personnes handicapées répondent rarement à ce double critère.

Conditions trop restrictives pour la retraite anticipée pour invalidité

Certes, il existe un régime de retraite anticipée destiné aux travailleurs handicapés. Elle permet de faire valoir ses droits à la retraite entre 55 et 59 ans. Mais ses conditions sont tellement restrictives qu’en 2018, seulement moins de 3 000 personnes ont pu en bénéficier.

Par conséquent, à 61 ans, 42 % des personnes sans handicap sont déjà à la retraite, comparativement à 19 % des personnes handicapées.

Le mauvais coup de l’âge légal

En outre, l’étude souligne les effets brusques de la réforme de 2010, qui a porté de 60 à 62 ans l’âge minimum légal de la retraite. Pour les personnes handicapées âgées de 50 ans et plus, la durée moyenne de l’emploi n’a pas augmenté du tout. Le changement de l’âge de la retraite s’est donc traduit par une augmentation de la temps sans emploi ni retraite. Bref, ils ont dû vivre plus longtemps sans solde ni pension.

Réforme trop timoraise

Tous ces éléments exigent un assouplissement des conditions d’accès à la retraite anticipée pour les travailleurs handicapés. Le projet de loi sur la réforme des pensions, qui a été débattu en séance plénière à l’Assemblée nationale depuis aujourd’hui, ne va malheureusement pas assez loin. Le texte supprime une seule des trois conditions. Le moins restrictif : « Cela ne changera donc pas beaucoup », explique Carole Salères, conseillère à l’emploi d’APF France handicap. Ah, si les députés lisent cette étude…

Relief à 62 ans

À 62 ans, la situation des travailleurs handicapés s’est améliorée. 68 % sont retraités contre 61 % des personnes sans handicap. Ils bénéficient d’un autre régime : l’invalidité ou la reconnaissance de l’incapacité de travail permet de liquider la pension à plein taux à partir de l’âge minimum de 62 ans, quel que soit le nombre de trimestres validés.

Ce système déroge au droit commun. Ce n’est normalement qu’à l’âge de 67 ans qu’il est possible de prendre sa retraite à plein taux, même sans avoir travaillé assez longtemps. Le projet de loi maintient la retraite pour incapacité à 62 ans.